Les salles

 

La maison possède deux salles en rez-de-chaussée : la salle à manger et le salon. Elles peuvent adaptées aux besoins des groupes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Salle à manger

Elles peuvent être mises à disposition pour une réunion ou pour la journée à des groupes ne dépassant pas 30 personnes.

p1020860
Le salon

Si besoin, la cuisine peut être mise à la disposition des groupes. Le Foyer peut aussi fournir l’adresse d’un traiteur.

Plusieurs groupes se réunissent régulièrement dans la maison : Ikebana, Aumôniers de prison, Fraternité des frères de la Cité, Clown par foi, Hildegarde de Bingen, groupe de communiants ou de confirmands.

Des familles louent la maison pour des fêtes familiales : baptême, communion,…

Une participation aux frais de la maison est demandée.

Pour tout renseignement, cliquer sur le lien..

Le Foyer Carré de Malberg

Le Foyer est un lieu de calme et de repos pour des travailleurs, célibataires ou en déplacement.

carre ch 7ch 7.1

 

11 Chambres meublées sur deux étages.

 

 

Chaque chambre possède un lavabo. 

Les parties communes comprennent les douches et les toilettes à chaque étage et une cuisine située au 2e étage.

Le loyer mensuel est fixé à 198€

Pour tout renseignement,  cliquer sur le lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Historique de la maison

A l’origine, la maison est une petite maison lorraine toute en longueur. Elle appartient à Philippe Paguet qui rachète les maisons voisines. Il est surnommé le collectionneur car il aime s’entourer de belles choses. Il fait construire la maison actuelle et un pavillon à l’arrière pour abriter ses collections. Il se marie avec Marie Charlotte Champigneulles, malheureusement, le couple ne peut pas avoir d’enfant mais il accueille la famille de sa sœur Marie Élisabeth mariée à Jean Simon. Jean et Marie-Elisabeth seront les grands parents maternels de Paul et de Caroline. La famille trouve là une maison de campagne non loin de Metz.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plan du village de 1847

A son décès, la propriété échoie à une de ses nièces par alliance Élisabeth Charlotte Simon épouse Colchen.

A sa mort, la propriété revient à sa fille Caroline qui est mariée avec son cousin, Paul, autre petit neveu de l’oncle Paguet.

Les quatre enfants du foyer de Paul et de Caroline décèdent avant leurs parents. Après la mort de Caroline, Paul vend la propriété à Mgr Louis. La famille spirituelle de Caroline vient se recueillir sur sa tombe au cimetière de l’Est à Metz. Rapidement, elle éprouve le besoin de construire une chapelle pour abriter son corps dans la propriété de Lorry qui les hébergent. Bientôt, un petit groupe de Filles de saint François de Sales (SFS) réside dans la propriété pour se préparer à partir en mission.La maison devenant trop petite, une aile est construite en 1911 pour recevoir les futures Catéchistes Missionnaires de Marie Immaculée. La guerre de 1914 les chassera de Lorry.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Livres de la bibliothèque des Catéchistes missionnaires.

A cette époque, l’association Maria Immaculata est créée et devient propriétaire de la maison.En 1962, l’association change de nom et s’appelle « Foyer Carré de Malberg ».

Après la guerre de 1914, un nouveau groupe de Filles de saint François de Sales reviendra. Il participera activement à la vie du village grâce à une infirmière et à un patronage. La maison accueille des Filles de saint François de Sales pendant les vacances. Le village appellera ce groupe « les demoiselles de la chapelle ».

En 1972, elles laissent la place à leurs sœurs, les anciennes Catéchistes, les Salésiennes Missionnaires de Marie Immaculée (SMMI). Les SMMI se dévoueront en particulier auprès des enfants en s’occupant du périscolaire. En 2003, elles laissent à nouveau la place à une Fille de SFS, Marie-Thérèse Pernot qui tiendra la maison onze ans. Elle sera remplacée en 2013 par Marie-Claude Vuillemot.

 

 

 

Pélerinage

Sur les traces de Caroline Carré de Malberg : pèlerinage en pays messin from Foyer Caroline Carré de Malberg on Vimeo.

Sur les pas de Caroline :

image-2
Ce pèlerinage permet de découvrir les lieux marquants de la vie de Caroline à Metz. Il commence à l’église saint Martin où Caroline fut baptisée jusqu’à l’église saint Maximin où elle s’est mariée en passant par l’hôtel de Burtaigne où elle vécut.

Après le parcours en ville, le pèlerinage se termine à Lorry-lès-Metz, dans la maison où elle est décédée. C’est là que se trouve la chapelle où repose son corps.

Pour tous renseignements, cliquer sur le lien

Offices

Office des Sœurs :
  • En semaine sauf le jeudi
    • Laudes :                                                7h15
    • Messe à la chapelle du Carmel : 8h
    • Milieu du jour :                                 12h
    • Vêpres suivies du chapelet :        18h
  • Le jeudi
    • Laudes  :                                                7h30
    • Milieu du jour :                                 12h
    • Vêpres suivies du chapelet :        17h
    • Messe à Lorry-lès-Metz :            18h30
  • Le dimanche
    • Laudes :                                                 8h
    • Messe paroissiale
    • Vêpres suivies du chapelet :         18h

 

Messe une fois par mois les mercredis matin à 9 h 30.

25 avril
30 mai
27 juin

Adoration le vendredi matin adoration

Prière pour la cause de Caroline

Prière
pour la cause de Caroline Colchen

Seigneur,
tu as mis au cœur de Caroline Colchen
le désir de t’aimer sans rien te refuser.
A son exemple,
fais-moi vivre de l’Esprit de Jésus
en accueillant le quotidien selon le dessein de Dieu.
Daigne manifester sa sainteté
en m’accordant par son intercession
les grâces qui me sont nécessaires,
par Jésus-Christ notre Seigneur.

Amen

 

Sa famille spirituelle

En Juin 1869 après le décès de son troisième enfant, Caroline se présente au confessionnal de l’abbé Henri Chaumont. Elle se trouve si bien comprise qu’elle se met sous sa direction spirituelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Abbé Henri Chaumont

L’abbé Chaumont recherchait une femme forte, comme celle de l’Évangile, pour fonder une association de femmes guidées par la spiritualité de saint François de Sales. Caroline est celle qui l’a aidé à réaliser son projet.

La Société des Filles de saint François de Sales naît en 1872.
En 1876, Caroline encourage et soutient Henri Chaumont pour fonder la Société des Prêtres de saint François de Sales et la Société des Fils de saint François de Sales.

Des Filles de saint François de Sales vivent en communauté. Elles constituent les catéchistes missionnaires en pays chrétien ou en pays païen. Les premières formeront les Équipes salésiennes. En 1889, quatre Filles de saint François de Sales partiront comme catéchistes missionnaires en Inde, appelées par l’évêque de Nagpur.
Elles sont à l’origine de la congrégation des Sœurs Salésiennes Missionnaires de Marie Immaculée (SMMI)

Aujourd’hui la Famille spirituelle comprend :

Caroline Carré de Malberg

Caroline Carré de Malberg : une « femme normale » sur le chemin de la sainteté de Foyer Caroline Carré de Malberg sur Vimeo.

née à Metz le 11 avril 1829, elle grandit dans la spiritualité salésienne chère à sa maman.
Avant sa première communion, alors qu’on lui proposait de jouer elle répondit:
<< N’approchez pas de moi aujourd’hui, je dois être toute à Dieu >>.
Elle passe son adolescence au couvent de la Visitation, elle y contractera la typhoïde.
Elle ne cessera jamais de se remettre en question et de se méfier des tentations qui éloignent de Dieu.
Consciente de ses imperfections, elle sera une merveilleuse mère pour ses enfants et ses Filles de Saint François de Sales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Caroline Colchen

Épouse d’un homme, Paul, il connaîtra la miséricorde et l’amour inconditionnel de Dieu par l’exemple de sa femme.
La patience et l’amour étaient les meilleures armes pour que leurs âmes se rencontrent.
Ils y parviendront au terme d’une vie jalonnée d’épreuves mais habitée par Dieu.
Elle et Paul auront 4 enfants.
Elle connut tous les soucis que peuvent rencontrer des parents; le chagrin, la révolte, l’opposition.
Mais aussi le grand bonheur d’avoir eu la confiance du Seigneur pour guider << ses anges du ciel >>.

Son procès de canonisation est ouvert. En Mai 2014, le Pape François a promulgué le décret reconnaissant l’héroïcité de ses vertus. Elle est maintenant vénérable.